Tout l'immobilier à Pau
24 déc

Quel le portrait de l’acheteur de votre maison à Lescar ?

59©-Ainoa-copy

Vous souhaitez vendre votre maison de Lescar ? On peut ainsi emprunter en moyenne à 1,40 % sur 15 ans, 1,60 % sur 20 ans et 1,80 % sur 25 ans. Finalement, avec les récentes baisses, les taux de crédit n’ont augmenté que de 0,05% par rapport à janvier 2017 (1,55%) et de 0,20 % depuis le point le plus bas de novembre 2016 (1,40%). Une bonne nouvelle pour celui empruntera et achètera votre maison de Lescar, près de Pau ! Mais qui est-il? Quel est son revenu ? De quel apport dispose-t-il ? Meilleurtaux.com a mené l’enquête.

Selon le courtier, l’emprunteur moyen est jeune. D’ailleurs, il rajeunit très légèrement et repasse sous la barre des 37 ans à 36,9 ans. Bonne nouvelle, il achète avec moins de moyens. Les revenusdes emprunteurs ont en effet baissé en 2017. S’ils sont toujours légèrement supérieurs à 5 000 € pour un couple, ils sont toutefois inférieurs de près de 300 € à ce que Meilleurtaux avait observé l’an passé. Cependant, les disparités régionales sont très fortes, et c’est clairement l’Île-de-France qui fait grimper la moyenne. Ainsi, si on soustrait les chiffres de l’Île-de-France, les revenus moyens des emprunteurs ne sont plus que de 4 318 € en moyenne, les plus faibles étant constatés en Occitanie, avec moins de 4 000 € nets/mois pour un couple d’emprunteurs (3 981 €). Les chiffres de l’Île-de-France s’élèvent à 6 260 € si on inclut Paris intra-muros et ils tombent à 5 736 € si on extrait Paris, tout en sachant que les revenus moyens des emprunteurs parisiens s’élèvent à 8 162€, relativement stable par rapport à 2016.

Autre bonne nouvelle, l’emprunteur obtient plus. L’emprunt moyen atteint cette année 216 633€ (en hausse de près de 17 000 € par rapport à 2016). « Les chiffres de 2017 confirment le recours massif à l’emprunt lorsque les taux sont exceptionnellement bas, explique Maël Bernier directrice de la communication de Meilleurtaux.com. C’était déjà le cas en 2016 et cela correspond en réalité au passage des taux sous la barre des 2%.»

O.D. / Bazikpress © Ainoa

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée